Sécu: Projet de budget pour 2014 : 12,8 milliards de déficit en 2014

 

 

       Le déficit du régime général de la Sécurité sociale et du fonds de solidarité vieillesse (FSV) devrait être ramené en 2014 à 12,8 milliards d'euros, contre 16,2 milliards en 2013, selon le projet de budget pour 2014. En détail, la branche maladie afficherait un déficit de 6,2 milliards d'euros en 2014, la branche vieillesse de 1,2 milliard, la branche famille de 2,3 milliards tandis que la branche accidents du travail présenterait un excédent de 100 millions d'euros. Le déficit du FSV, qui finance les cotisations retraite des chômeurs et le minimum vieillesse, se creuserait en 2014, à 3,2 milliards (2,7 milliards en 2013). Pour 2014, le budget de la Sécu prévoit 4 milliards d'euros d'économies, en grande partie sur les dépenses de santé (2,9 milliards).Les dépenses d'assurance maladie, dont la progression va être limitée à 2,4% en 2014, atteindront 179,2 milliards d'euros.

 

            Pour réaliser ces prévisions, le Ministère du Budget pourrait se référer au rapport de la Cour des Comptes rendu public le 17 septembre. Pour la Cour des Comptes, le déficit de la Sécurité sociale s'établit à 19,1 milliards d'euros (2013). Des efforts ont été faits et des économies réalisées (3,5 milliards d'euros) ces trois dernières années pour résorber le déficit de la Sécurité sociale. La croissance est atone depuis bientôt deux ans et les recettes ont de fait moins progressé que prévu. De ce fait, les sages de la Cour spécifient les différentes mesures susceptibles de réduire le déficit de la Sécu. Les secteurs concernés par ces mesures sont :

 

            * Orienter les patients vers une hospitalisation ambulatoire :  Une hospitalisation ambulatoire (courte) permettant au patient de rentrer chez lui après l'intervention - plutôt que conventionnelle. L’hospitalisation ambulatoire présente plusieurs avantages : elle est plus courte, donc moins chère. Les lits réservés à l'hospitalisation classique sont mieux utilisés et plus souvent remplis.  Un changement de mentalité qui dégagerait 5 milliards d'économies.

 

            * Revoir les tarifs de remboursement des laboratoires d'analyses médicales : De vraies économies pourraient être réalisées dans le secteur des laboratoires d'analyses médicales. Le rapport recommande de mieux organiser l'implantation des laboratoires d'analyses et d'abaisser le tarif de remboursement sur certaines analyses : un effort qui permettrait de dégager 500 millions d'euros d'économies.

 

            * Revoir les tarifs de remboursement des lunettes : Selon la Cour des comptes, la Sécurité sociale rembourse une partie dérisoire des frais engagés par le patient. Sur les 5,3 milliards facturés, seuls 200 millions d'euros sont remboursés. La Cour recommande donc de mettre en concurrence les mutuelles pour qu'elles remboursent mieux leurs clients. Les 200 millions versés par la Sécurité sociale ne seraient pas économisés mais mieux utilisés, en ciblant par exemple les patients qui, en France, ont plus souvent besoin de nouvelles lunettes, comme les jeunes et les personnes âgées dont la vue change très fréquemment. Ces derniers seraient alors mieux remboursés en amont et en aval.